Agenda Partie I

1ère Partie- 2nde Partie- 3ème Partie

Carte Partie I

Dimanche 26/07/09 : Mewen

 

Rohan
Nous voilà en centre Bretagne, à ROHAN, près de PONTIVY. Après plusieurs jours de préparation (en cumulé) , nous sommes tous fin près pour notre périple à vélo, de CONCARNEAU à BORDEAUX . 
 La maison est propre, les VTT transformés en VTC sont impeccables, les 3 tentes QUECHUA ( 2 « Two Seconds » et une « Base Full » ) sont sorties de leur remise, l'électronique est embarqué (1 compteur km, et 1 GPS Evadéo M20).
 Nous sommes arrivés à ROHAN, mais si tôt arrivés et déjà repartis (toujours en voiture) pour l'abbaye de TIMADEUC, que nous visitons, sans oublier d'acheter son célèbre (et excellent) fromage que nous allons manger ce soir, à notre premier repas en camping.

Lundi 27/07/09 : Eurielle

Rohan - Malestroit
 Aujourd'hui, ROHAN—>MALESTROIT par la voie verte, notre premier jour. Même si c'est plat, ça fatigue et on n'en a pas moins mal au c...l . A midi, nous avons retrouvé papa à l'écluse de Carmenais, près de JOSSELIN, après 39 kilomètres de vélo. Puis nous avons repris notre périple pour arriver au camping « les Bellions », à MALESTROIT, où nous avons de nouveau retrouvé papa qui avait installé les tentes. 
 Enfin, nous sommes allés visiter MALESTROIT-centre, à pied cette fois, à la demande de maman.

Mardi 28/07/09 : Loevan

Malestroit - Fégréac  
 Nous voilà repartis de MALESTROIT avec papa. Après une vingtaine de kilomètres, nous nous arrêtons à une écluse pour prendre un casse-dalle. Papa et la dame de l'écluse m'expliquent comment cela fonctionne, puis nous sommes repartis pour nous arrêter seulement douze kilomètres plus tard, près de l'île aux Pies et d'un mur d'escalade où nous avions été quand nous étions plus jeunes, nous avons pique-niqué sur les bords du Canal. Enfin nous voici repartis le ventre rempli pour ne plus nous arrêter jusqu'à FEGREAC. 
 C'était un camping municipal, mais il n'y avait vraiment rien dedans, et en plus le soir jusqu'à minuit, il il avait un spectacle («la princesse de ....). Loevan et papa sont allés voir l'éclusier (sur la demande pressante de Loevan) qui était à moins d'un kilomètre et ce dernier leur à dit que l'on pouvait s'installer sur la presqu'île entre LA VILAINE et LE CANAL DE NANTES A BREST, qui se rejoignaient. Pendant que les quatre plus grands étaient allés faire les courses à St Nicolas de Redon, Loevan est resté pour ouvrir et fermer portes et vannes de l'écluse. De fil en aiguille, il s'est retrouvé dans la piscine de l'éclusier avec ses enfants, et Mewen et Eurielle les ont rejoints en fin de soirée. Retour à la tente pour manger, puis quelques parties de poker avec les deux enfants de l'éclusier à qui nous avions donné RDV . 

Daniel : Le camping de Fégréac est ombragé et sans jeux pour enfants (!), mais pour  passer une bonne nuit réparatrice nous n'avons pas souhaités "prendre de risque" du fait du spectacle (et de la circulation que cela allait générer)qui ce déroulait juste à proximité


Mercredi 29/07/09 : Mewen

Fégréac - St André des Eaux
Aujourd'hui, nous sommes arrivés à SAINT-ANDRE-DES-EAUX. Première étape en dehors du canal de Nantes à Brest, ça monte et ça descend ! Nous avons fait 63 kilomètres, nous avons aussi vu notre premier champ de tournesol.

 

Nous avons également trouvé un gros champignon (30 centimètres de diamètre) et fait le plein de prunelles rouges et jaunes. Pierre, un ami à moi a fait 10 kilomètres avec nous. Ça faisait un an que l'on ne s'était pas revu et on s'est raconté plein de choses. Ce soir, après avoir mangé ensemble au camping, nous le ramenons chez lui et en même temps rendons visite à ses parents tout en visitant la grande maison.
Super journée mais je suis fatigué.


Jeudi 30/07/09 : Eurielle

St André des Eaux - St Michel Chef Chef
 Nous reprenons la route après seulement 9h30 de sommeil, une fois que nous étions rentrés de chez Pierre. Pendant que maman plie les tentes au camping, nous c'est, la campagne, la ville, puis de nouveau la campagne, avant d'atteindre SAINT-NAZAIRE, grande étape du périple. En traversant les chantiers de l' Atlantique, nous retrouvons le « PONT-L'ABBE », vieil ami à nous étant donné que nous avons traversé La Manche à son bord, puis nous avions accosté en Angleterre afin de nous rendre au Pays-De-Galles ; c'était nos vacances de l'été dernier. 
Nous retrouvons maman, juste avant le pont de ST-NAZAIRE, afin de faire un nouveau briefing, et d'afficher sur la vitre arrière du 806 le magnifique voilage « attention cyclistes » (peint par Mewen
). Enfin nous voilà partis pour 4 kilomètres de pont. Deux de « belle montée », et deux de descente, mais pas trop vite non-plus à cause des rafales de vent et de la circulation. En plus, nous ne pouvions rouler que sur une très petite partie de la route car à notre droite un trottoir et à notre gauche les voitures et les camions, qui passaient certaines fois très près. Nous n'avions que la largeur du guidon pour rouler!
Arrivés en bas, nous prenons une petite route, pour accéder à une petite crique, et déguster un gros pique-nique. Puis nous continuons notre route pour arriver 13 kilomètres plus loin à SAINT-MICHEL-CHEF-CHEF.

Daniel : la traversée du Pont est réalisable, mais avec des précautions et de l'attention. Le briefing avait pour fonction de mobiliser les enfants sur cette dangerosité, mais également de placer le 806 au max à 10 mètres du dernier vélo. Nous sommes donc rentrés par la dernière bretelle d'accès au pont en ordre de marche, Eurielle devant (elle sait tenir un rythme régulier et sans à-coup), Loevan, Mewen et moi, puis à 10 m, Danielle dans le 806. Celui-ci devait nous "protéger" jusqu'au sommet, puis à mon signal, nous dépasser pour rejoindre un point de rdv convenu sur l'autre rive.

Plusieurs points se dégagent de ce passage, choisir un bon horaire, éviter les entrées et sorties de travail matin midi et soir, c'est bouchons et Cie, sauf si vous acceptez de respirer les pollutions et d'être entourés de voitures et camions, d'ailleurs vous irez beaucoup plus vite qu'eux avec votre vélo, (c'est aussi une forme de sécurisation).  La voiture en protection est intéressante, mais prudence quand à son utilisation car, de fait, elle limite la circulation. Précision : le Pont a 2 voies montantes, et une voie descendante, c'est ce qui crée les bouchons au sommet où l'on passe de 2 à 1 voie. C'est la raison pour laquelle nous n'avons pas souhaité garder le véhicule dans la descente. A vélo, nous nous sommes permis un arrêt sur le demi-trottoir au sommet, pour la photo, compte-tenu de la circulation (il était entre 11h et 11h30) cela n'a pas posé de problème, il faut simplement être prudent. Ne pas le faire aurait été, je pense, une erreur, la vue offerte étant intéressante.

Suggestion au Conseil Général 44 : Plutôt que de laisser un 1/2 trottoir et une 1/2 bande cyclable, une réhausse sur cette dernière permettrait d'avoir  un trottoir complet et sécurisé. En installant un sens de circulation par côté, et un partage de l'espace entre piétons (nous n'en avons pas vu) et vélos, on a là une solution qui me semble aller dans le "bon sens".

 

1ère Partie - 2nde Partie - 3ème Partie

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×