Vélos, accessoires et voiture

Les vélos. Pour les 2 garçons, des VTT avec suspension ressort avant, achetés 150 euros  chez des Vélocistes, pour Eurielle, elle a "récupéré" l'ancien vélo de Daniel, pas de suspension, frein V Brake, mais plus léger(12kg, à la naissance) et plus maniable que ceux de ses frères. Danielle, un SUNN, type REVOLT, suspension avant, frein à disque et pour  Daniel un Mountain Bike idem pour suspension et frein.

L'essentiel n'étant pas de rechercher des difficultées techniques ou la performance, mais bien de rouler sur des routes ou chemins, peu de modifs, mis à part des pneus arrière types routes (Sleek) sur les 5 vélos.

Tous les vélos étaient équipés en pneu de taille 26 pouces, plus facile à gérer

Portage enfant : 2 avaient leurs sacs sur le dos, le 3ème sur le porte bagage. A l'intérieur, coupe-vent, nécessaire de secours mécanique, et vêtement de complément, type coupe vent ou sweet selon le temps.

Portage adulte : Nous hésitions à investir dans une remorque mono-roue, plus maniable (les bonnes sont chères, il faut compter 400 €), ou alors des sacoches, idem pour le coût. Après moultes réflexions et tatonnements, on opta pour un système D. En partant de l'arceau métallique  d'un siège bébé, qui se fixe soit au cadre, soit au tube de selle et après une rallonge de 10cm (merci Patrice), on lui a adjoint une caisse à chat (15 €)fixée par 4 boulons.

Les avantages de ce système : compte tenu que nous avions 2 blocs de fixation pour les tubes de selle ( merci Didier et Nicole pour le 2ème) , il nous suffisait le soir à l'étape, de débloquer l'arceau et sa caisse pour les mettre sur le vélo de l'adulte qui roulait le lendemain. Autre avantage, le volume : 1 pneu, une chambre à air, la trousse "petits bobos", les 4 btes du pique-nique, pain, gateaux,fruits,etc..(dans un sac), et pour éviter que tout cela ne se promène trop à l'intérieur, on gonflait une chambre à air qui remplissait le volume non occupé. La petite trappe arrière permettait d'accéder très facilement à ce dont on avait besoin.

Inconvénient du sytème : hors de question de se mettre en danseuse, et un centre de gravité très haut qui avait tendance à "emmener" le vélo ,ce qui n'était pas pratique dans certains passages (peu nombreux dans l'ensemble).

Sécurité : Il fallait assurer une bonne visibilité aux automobilistes, de près mais aussi être vu, ou entendu, de loin.

Les enfants avaient chacun sur leur vélo :

un mat carbone, (type structure pour Cerf-volant) longueur 1m au dessus du pédalier, avec à son extrémité un fanion orange fluo, l'adulte la même chose mais fixé sur la caisse à chat et non sur le vélo, et un mat de 60 cm au lieu d'1 mètre.

une trompette (dite pouette-pouette)

et 2 gilets fluo jaune, qu'ils mettaient par-dessus les sacs à dos pour rester visible

Mewen avait fixé sur son casque une cloche récupérée dans un jouet d'enfant.

Des talkies-walkies, très pratique pour donner les consignes entre l'arrière et l'avant dans les zones de ciculation bruyante ou à circulation difficile. Du coup, cela oblige à amener le chargeur de talkie.

2 téléphones portables, pour les "retrouvailles" en cas de difficulté. Idem pour les chargeurs.

Accessoires divers : une caisse à outil, mais aussi 2 pneus de secours et des chambres à air, sachant que chaque vélo avait sa trousse de secours comprennant, une chambre, 3 démonte-pneus, et un multi outil. Diverses clés (démonte : roue libre, pédalier, clefs extra plates pour axe de roues...), et tournevis en réduisant au maximum le poid et le volume. Le tout agrémenté de collier rapide, huile, chiffons... de tout cela presque rien n'a servi, tout c'est bien passé. Peut être que d'avoir préparé correctement les vélos avant le départ y a fait. Une crevaison au km 505, l'épine fatale suite à un passage en sentier fraichement débroussaillé.

Chacun avait son casque et des gants courts, pas pour le froid, mais pour les frottements sur les poignées et en cas de chute le gravier ne rentre pas tout de suite dans la peau.

Tenues de vélo : voir Camping - Les vêtements

La voiture : Contrairement à ce que l'on pensait avant le départ, celui qui était à la logistique avec le véhicule, n'avait pas trop de temps à lui. D'une part, pliage et installation, prennaient un peu de temps, mais les courses à faire, les infos à aller chercher ou confirmer pour l'étape du lendemain, plus le trajet (car la voiture aussi faisait les 50 km/jour). Celui qui conduisait pouvait profiter des paysages traversés mais sans excès.

Porte-vélos : 4 porte-vélos sur le toit( il faut tourner les guidons 1/2 tour pour être tranquille), et 1 porte-vélo (pour 2 vélos) facilement escamotable sur la boule de remorque.

L'intérieur : Le plus difficile fut de trouver des places pour chaque chose, sans que l'on ai besoin à chaque fois de sortir tout, au bout d'une semaine ça "roulait"

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site